Forum de Français des 1ES1

Les 1ère ES1 de Roosevelt
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Corpus de poème ~ Maurice Scève

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Megan'



Messages : 19
Points : 3746
Date d'inscription : 16/11/2011
Age : 21

MessageSujet: Corpus de poème ~ Maurice Scève    Mer 23 Nov - 21:40

Maurice Scève utilise beaucoup de blasons du corps féminin :

Blasons : Ensemble de poèmes dédiés chacun à une partie du corps féminin (la main, le nez, le sein, etc.) ; ils ne sont pas qu'un jeu décrivant le corps féminin d'une façon à la fois esthétique et érotique, mais ils renvoient à cette nouvelle doctrine platonicienne qui se fait une idée de l'amour comme quête de l'absolu.


Exemple de poème de Scève utilisant des blasons

Le Front

Front large et hault, front patent et ouvert,
Plat et uny, des beaux cheveulx couvert :
Front qui est cler et serain firmament
Du petit Monde, et par son mouvement
Est gouverné le demeurant du corps :
Et à son vueil sont les membres concors :
Lequel je voy estre troublé par nues,
Multipliant ses rides tresmenues,
Et du costé qui se presente à loeil
Semble que la se lieve le soleil.
Front élevé sur cette sphère ronde,
Où tout engin et tout sçavoir abonde.
Front reveré, Front qui le corps surmonte
Comme celuy qui ne craint rien fors honte.
Front apparent, affin qu'on peult mieulx lire
Les loix qu'amour voulut en luy escrire,
O front, tu es une table d'attente
Où ma vie est, et ma mort trespatente.


Maurice Scève


Sourcil tractif en voûte fléchissant
Trop plus qu'ébène, ou jayet noircissant.
Haut forjeté pour ombrager les yeux,
Quand ils font signe ou de mort, ou de mieux.
Sourcil qui rend peureux les plus hardis,
Et courageux les plus accouardis.
Sourcil qui fait l'air clair obscur soudain,
Quand il froncit par ire, ou par dédain,
Et puis le rend serein, clair et joyeux
Quand il est doux, plaisant et gracieux.
Sourcil qui chasse et provoque les nues
Selon que sont ses archées tenues.
Sourcil assis au lieu haut pour enseigne,
Par qui le cœur son vouloir nous enseigne,
Nous découvrant sa profonde pensée,
Ou soit de paix, ou de guerre offensée.
Sourcil, non pas sourcil, mais un sous-ciel
Qui est le dixième et superficiel,
Où l'on peut voir deux étoiles ardentes,
Lesquelles sont de son arc dépendantes,
Étincelant plus souvent et plus clair
Qu'en été chaud un bien soudain éclair.
Sourcil qui fait mon espoir prospérer,
Et tout à coup me fait désespérer.
Sourcil sur qui amour prit le pourtrait
Et le patron de son arc, qui attrait
Hommes et Dieux à son obéissance,
Par triste mort et douce jouissance.
Ô sourcil brun, sous tes noires ténèbres
J'ensevelis en désirs trop funèbres
Ma liberté et ma dolente vie,
Qui doucement par toi me fut ravie.


Maurice Scève (1500-1562), Blason du Sourcil , 1536
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Corpus de poème ~ Maurice Scève
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maurice Lacroix : Un véritable poème !
» Ile Maurice
» La triste vie d'un cochon (poème)
» Maurice POMAREDE
» poème (Jacques Roubaud)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de Français des 1ES1 :: Poésie :: Corpus-
Sauter vers: