Forum de Français des 1ES1

Les 1ère ES1 de Roosevelt
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 "Les colchiques" cours de Laura et Léon!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Léon
Admin


Messages : 46
Points : 3783
Date d'inscription : 11/11/2011
Age : 21

MessageSujet: "Les colchiques" cours de Laura et Léon!   Jeu 24 Nov - 15:58


I) Un paysage champêtre mais menaçant :

-Le choix de la saison (l’automne) rappelle la mort, la tristesse (les feuilles qui tombent).
-Plusieurs thermes qualifient ce paysage dans cette première strophe : Nous sommes dans un pré où se trouvent des fleurs, des vaches. Cependant, les fleurs sont veineuses ; des colchiques et le terme « lentement s’empoisonnent » apparait deux fois dans la première strophe.
-Ce paysage, calme et triste est rompu par l’intervention « fracassante » des enfants qui apportent de la joie et de la vie au poème. Le passage est symbolisé ici (thème récurrent chez Apollinaire.
-Le poète joue sur la sonorité des mots (allitération en «k ») en opposition avec des termes comme « lentement » , « lilas » , « fleuris » , « fleurs », « doucement » , « lente » , « automne »
La 3eme strophe, reprend un rythme plus lent mais les connotations sont celles de la MORT (« abandonnent pour toujours »).
-Opposition entre le premier vers et le dernier vers du poème : « joli » et « mal fleuri ».
-La couleur violette est très présente dans ce poème : colchiques, cernes, lilas, violâtre

II) Des comparaisons originales.

-L’auteur se compare à une vache qui s’empoisonne en mangeant des colchiques ; ces colchiques représentent les yeux de la femme qu’il a aimé : « Le colchique couleur de cernes et de lilas / y fleurit tes yeux sont comme cette fleur-là/Violâtre comme leur cerne et comme cet automne/ Et ma vie pour tes yeux lentement s’empoisonne. »
-Le cri de souffrance du poète est donc représenté par un meuglement.
-L'action est en train de se produire (le présent est employé)
-Champ lexical des yeux : yeux, paupières, cernes.
-La comparaison à la vache est peu flatteuse, il fait donc de l’humour dans son désespoir ; c’est une sorte d’autodérision.
-Les colchiques représentent la femme aimée mais celle-ci est fatale car son regard est mortel.
-A la fin du poème, dans la dernière strophe, le poète se retrouve seul dans le pré. Le pré qui est grand car les vaches sont mortes.
-« Et ma vie pour tes yeux lentement s’empoisonne» le poète fait ici une gradation ; il parle en premier des vaches et des colchiques puis des yeux de la femme et de lui-même. Ce vers étant mis en fin de strophe est donc mis en relief.
-Le gardien du troupeau fait penser à Orphée : « le gardien du troupeau chante tout doucement » Orphée est un mythe grec qui avait le pouvoir d’ensorceler les animaux grâce à sa lyre : « tandis que lentes et meuglant … l’automne. ». Mais c'est aussi Apollinaire qui chante sa tristesse dans ce poème.
-Registre élégiaque, lyrique.

Hoqueton : veste en grosse toile.

CCL : Ce poème est intéressant car il rompt avec les conventions habituelles en parlant d’un amour malheureux à travers une scène très ordinaire : un pré, des vaches … La femme aimée n’est pas comparée à une rose (comme on voit chez Ronsard « Comme on voit sur la branche.. ») mais à une plante vénéneuse (colchique). Il fait penser aussi au poème "Mai" pour les thèmes. On a donc l’expression d’un amour fou qui accepte d’aller jusqu’à la mort.

Ecole de Boucher, Orphée charmant les animaux, XVIIIe siècle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
"Les colchiques" cours de Laura et Léon!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1er cours d'education!!
» Cours d'initiation à l'équitation en amazone dans le 31
» Demi-pension pas chère + cours d'équitation gratuits !
» 900 litres Amazonien (en cours)
» Mon projet en cours Bac 1,30 m

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de Français des 1ES1 :: Poésie :: Commentaire Littéraire-
Sauter vers: