Forum de Français des 1ES1

Les 1ère ES1 de Roosevelt
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 3) Une petite transfiguration...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: 3) Une petite transfiguration...   Ven 3 Fév - 23:17

Voila une petite transfiguration du réel, j'espère qu'elle est réussit ! En tout cas je me suis bien amusé en l'écrivant ! Bonne lecture !


C'est par une pâle matinée d'automne que tout commença, je m'y rendais. La nuit était encore noire et l'éclairage jaune de ces tristes lanternes qui jonchais
ces allés de pavés gris et d'asphalte donnait une dimension tragique au paysage, décrivant des ombres étirées et longilignes, comme des couteaux transperçant les ténèbres. Mètre après mètre l'effrayant portrait se dessinait d'avantage, il se voyait peuplés d'horribles monstres vrombissant et vomissant une épaisse fumée noire, remplissant l'atmosphère; la rendant étouffante. Le ciel laisser entrevoir la lune, seule lueur d'espoir dans cette pénombre, elle semblait cependant vouloir fuir ce sombre tableau, tentant d'échapper à son influence néfaste. Les fenêtres étaient fermées, les volets étaient clos, nul âme ne semblait vivre dans ce paysage lugubre. J'étais seul, seul à m'enfoncer peu à peu dans cette étrange noirceur guidée par la faible lumière des réverbères qui parsemaient le chemin. L'assurance guidait mes pas, je me sentais comme possédé, mes jambes ne m'obéissaient plus. J'aurais voulu fuir; je ne pouvais pas. Chaque pas était un supplice pour ma pensée, je n'osait pas m'avancer sur ce que je découvrirais. Mais les ombres qui se dessinaient au loin dans la brume ne semblaient rien laisser présager de bon. J'avançais donc, contre mon grès, comme poussé par un être démoniaque voulant me noyer dans cet horrible et tragique décor. Mon esprit tentait tant bien que mal de s'évader de ce corps qui ne répondait plus, et qui vagabondais comme une âme égarée allant droit à sa perte. Il tentait de se raccrocher aux murs, aux portes, aux fenêtres, rien n'y faisait, rien ne transparaissait. Chaque fois que l'horizon se laissait apercevoir, l'inéluctable et fatale issue semblait se rapprocher. Étais-ce là le juste châtiment d'un crime que je n'avait pas commis, ou simplement une de ces tournants que nous impose le destin ? Je ne savais pas. Le vent soufflait, quelques froides gouttes de pluie venaient de temps à autre s'écraser misérablement sur mon visage inexpressif. Mes jambes semblaient vouloir m'emmener en haut d'une colline. Comme un enfant effrayé par la noirceur de la nuit, je n'osait plus maintenant regarder que les pavés. Ils se succédaient à un rythme monotone et rassurant. Enfin, cela aurait pu l'être si le sol n'avait pas été tapissé de feuilles mortes, gisant inerte, comme des cadavres exécutés dans la nuit. La fin approchait, je voyait maintenant s'esquisser les trait grossiers d'une immense structure. Une sorte de pavé rougeâtre qui dominait les environs. On pouvait voir une épaisse fumée blanche sortir de ses cheminées. Elle s'envolait dans le ciel pour y trouver une quelconque sorte d’échappatoire. Douce fumée, comme j'aurais voulu prendre sa place en cet instant. Soudain le bruit sourd d'un train qui passait non loin me fit revenir à la réalité. J'étais maintenant en haut de la côte. En face de moi se trouvait une sorte de pont. Par delà le pont semblait s'augurer, à travers la brume, une grand place, un endroit rassurant. Je ne cessait de regarder en direction du pont mais mon corps me menait ailleurs. Lorsque j'eus enfin décider d'abandonner ce pont du regard, c'est avec stupeur que je découvris cet hideux bâtiment de briques rouges, comme suintant le sang. On pouvait y voir se dessiner d'innombrables petites fenêtres carrées chacune surmontée de barreaux. C'était là une prison, un bagne. En tendant l'oreille on pouvait entendre quelques cris de forçat se lamentant sur leur sort, attendant que la mort vienne les délivrer, les libérer de cette triste vie d'enfermement. Qui sait combien étaient morts ici ? Au même moment, je franchissait le seuil avec mon sac sur le dos.

Qu'en pensez vous ? Bien ? Nul ?
Désolé pour les fautes !
Revenir en haut Aller en bas
Eymeric



Messages : 71
Points : 3725
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: 3) Une petite transfiguration...   Sam 4 Fév - 18:28

J'adore ! Bravo !

Même si j'ai une image bien différente du bâtiment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 3) Une petite transfiguration...   Lun 6 Fév - 17:51

Eymeric a écrit:
Même si j'ai une image bien différente du bâtiment...
T'inquiète pas, j'en suis pas encore au point de voir le lycée comme un lieu de torture mais il fallait exagérer pour transfigurer...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 3) Une petite transfiguration...   Aujourd'hui à 15:40

Revenir en haut Aller en bas
 
3) Une petite transfiguration...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» petite tourterelle récupérée
» La petite famille
» petite Yoko
» rond de longe, petite carrière
» Ah! l'escargot.. quelle drole de petite bête!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de Français des 1ES1 :: Journal de Thibault-
Sauter vers: